Le contrôle technique se passe obligatoirement tous les 2 ans à partir du quatrième anniversaire de mise en circulation du véhicule. Il comprend 133 points de contrôle. En cas de défaillance à l'un de ces points, trois niveaux de gravités sont fixés : mineur, majeur et critique. Tous ne donnent pas lieu à une contre-visite obligatoire.

Vrai ou faux : "Toutes les défaillances au contrôle technique entraînent une contre-visite" ?

défaillance contrôle technique
FAUX !

Le contrôle technique est une étape obligatoire pour tout automobiliste. En effet, il s'effectue pour la première fois dans les six mois qui précèdent le quatrième anniversaire de la mise en circulation de votre voiture, puis tous les deux ans.

Lors du contrôle technique sont vérifiés de nombreux points de contrôle. Au nombre de 133, ils concernent de nombreuses fonctions de votre voiture : identification, freinage, direction, châssis, etc.

Pour chaque point de contrôle, il existe trois niveaux de gravité en cas de défaillance :

  • La défaillance mineure ;
  • La défaillance majeure ;
  • La défaillance critique.

Alors que la défaillance mineure est considérée comme n'ayant pas de conséquence sur l'environnement ou la sécurité routière, la défaillance majeure risque de mettre en danger les différents usagers de la route ou d'avoir des conséquences négatives sur l'environnement.

Enfin, la défaillance critique est considérée comme représentant un danger immédiat pour l'environnement ou la sécurité des usagers de la route.

Bon à savoir : une défaillance majeure ou une défaillance critique correspondent à un avis défavorable au contrôle technique, symbolisé par la lettre S apposée sur le procès-verbal.

Toutes ces défaillances ne donnent pas lieu à ce qu'on appelle une contre-visite. Ainsi, seules une défaillance majeure ou une défaillance critique au contrôle technique entraînent une contre-visite obligatoire.

Si une défaillance majeure ou critique est constatée lors du contrôle technique, vous êtes alors obligé de faire réparer le problème. Vous devez ensuite passer une contre-visite de contrôle technique, qui consiste à vous représenter dans un centre de contrôle technique pour refaire examiner les défaillances précédemment notées comme majeures ou critiques.

Le saviez-vous ? En tout, il existe 341 défaillances majeures au contrôle technique. Elles représentent un danger pour la voiture et ses passagers. Ce sont par exemple une usure trop importante des plaquettes de frein, une direction assistée défectueuse, etc. On compte aussi 129 défaillances critiques : freinage inopérant, rétroviseur manquant, etc.

Mais en cas de défaillance mineure, votre contrôle technique est validé ! Si vous n'avez aucune défaillance majeure ou critique, vous n'avez pas besoin de passer une contre-visite. La défaillance mineure sera consignée dans le procès-verbal de votre contrôle technique. Naturellement, il vaudra mieux la faire réparer à l'occasion, mais cela ne vous empêchera pas d'obtenir votre vignette de contrôle technique.

Et voilà, vous savez enfin la vérité sur les défaillances du contrôle technique ! Si une défaillance majeure ou critique vous oblige effectivement à réaliser une contre-visite, ce n'est pas le cas d'une défaillance mineure. Vous aurez deux mois pour passer votre contre-visite, sous peine d'amende.


Écrit les mains dans le cambouis par

Ariane

Mécano du web

19 janvier 2022, 14:28


Pour passer la seconde 🚗💨